L’indigeste yaourt des libéraux et des néo-nazis en campagne

Alors que la campagne électorale la plus ennuyeuse de l’après-guerre, au dire des médias allemands unanimes, bat son plein à coup d’insipides slogans, de promesses creuses et de formules sans audace placardés en 4×3 aux quatre coins du pays, sur des affiches aux motifs aussi lisses que fadasses, alors que même les partis extrémistes, pourtant coutumiers des pires outrances, ont décidé de mettre de l’eau dans leur bière pour ratisser un plus large public, et que les Teutons s’apprêtent donc, faute de mieux, à réélire leur Chancelière préférée sans même interrompre leur sieste estivale, un petit bijou, un gros bide marketing vient de nous être révélé par la «Kreativagentur» Die Wegmeister, une petite agence publicitaire basée à Stuttgart, jusqu’ici complètement inconnue du grand public.

Connaissez-vous le point commun entre les ultra-libéraux de la FDP, les néo-nazis de la NPD, et une marque de yaourts finlandais ?

Roulement de tambours…

La publicité, tout simplement ! Les deux partis politiques en pleine campagne, et idéologiquement très éloignés, ont eu recours, dans leurs spots publicitaires, à la même séquence vidéo montrant une «famille allemande» typique, nageant, ou plutôt pédalant dans un bonheur sans nuages, sur les routes bucoliques de la Teutonie intérieure, à l’ombre de grands chênes centenaires. Même topo en Finlande, mais pour le compte cette fois d’un fabricant de yaourts. Voici l’image qui incrimine :

La FDP, la NPD et le yaourt finlandais, pris sur le fait, via Die Wegmeister
La FDP, la NPD et le yaourt finlandais, pris sur le fait, via Die Wegmeister

La preuve en vidéo avec le spot de la FDP. La séquence qui accuse apparaît à 1:19.

Pour rappel, la FDP, ou Freie Demokratische Partei, est le parti libéral-démocrate allemand, proche du patronat, qui soutient des thèses favorables au libre-échange et au tout-marché. Pour ces chantres du libéralisme économique, quand la croissance va, tout va, et peu importe le reste. La FDP est actuellement au pouvoir en Allemagne Fédérale, en coalition avec la CDU de la Chancelière Angela Merkel, et se débat pitoyablement pour éviter la débâcle électorale annoncée (et amplement méritée).

Continuons avec le spot de la NPD. La Nationaldemokratische Partei Deutschlands, on ne la présente plus. À l’occasion des élections régionales de Berlin en septembre 2011, j’avais découvert avec fascination sa campagne d’affichage et ses slogans électoraux qui sentent bon la haine et le rejet de l’autre.

Dans ce spot publicitaire, un certain nombre de grands pontes du parti néo-fasciste aux abois martèlent leurs arguments classiques et archi-connus du public allemand : non à l’immigration «de masse» ou «incontrôlée», non à la solidarité européenne envers ce qu’ils appellent les «pays en faillite d’Europe du Sud», non aux «prêcheurs de haine musulmans», aux «Européens de l’Est qui cassent les salaires», non aux «demandeurs d’asile principalement Roms», non à l’«Überfremdung» (le déferlement d’étrangers), non à l’euro, non à «eux», oui à «nous», oui à la bonne vieille Allemagne de papa, ou plutôt de grand-papa d’ailleurs, et tout ça tout ça. Rien de bien nouveau ni original. Au lieu de débourser des «Milliarden» pour les enturbannés à moustache et les feignasses du Sud, poursuit la voix du narrateur, il faudrait investir dans l’avenir, pour assurer le «bonheur de nos enfants» et favoriser les «familles intactes». C’est précisément là, à 1:08, qu’apparaît la séquence de la famille idéale à vélo certifiée 100% aryenne. Strictement la même que chez la FDP plus haut.

Pour finir, le spot finlandais des vendeurs de yaourt sur le site Nelonenmedia.fi, semble pour l’instant avoir crashé, probablement surchargé de visites d’internautes allemands incrédules devant l’énormité des ficelles…

Manifestement, nos trois larrons se sont laissé prendre au piège des clips publicitaires en libre-service sur Internet, que l’on peut acheter en trois clics et pour seulement 49 euros sur Getty Images Deutschland. Incroyable, mais pourtant vrai. Parfois, la vraie vie est encore plus tordue que l’univers surréaliste des satiristes de Der Postillon.

Famille idéale à vendre sur Getty Images Deutschland
Famille idéale à vendre sur Getty Images Deutschland

On pourrait en conclure que finalement, tout ceci montre que les partis politiques allemands se contentent, à peu de choses près, de servir le même yaourt informe à leur électorat anesthésié par tant de cynisme. Ce n’est pas entièrement faux, mais un tel verdict me semble beaucoup trop cruel envers nos pauvres yoghourts, qui n’ont rien demandé à personne et qui sont plutôt savoureux.

Une autre analogie me paraît plus pertinente : la NPD, grande lessiveuse d’authentiques nazis du IIIème Reich, qui depuis un demi-siècle promet de laver le pays plus blanc que blanc, et la FDP, qui persiste depuis des décennies à nous laver les cerveaux dans sa gloubi-boulga néolibérale, auraient mieux fait de copier des spots publicitaires de fabricants de lessives. Là, ils auraient été dans leur élément, et personne n’aurait cillé devant cette nouvelle affaire de plagiat en politique.

The following two tabs change content below.
Berliniquais
Je viens de la Martinique et je me suis installé à Berlin en 2008. Je vous parle de tout ce qui m'inspire, dans le désordre. Evidemment ça concerne surtout l'Allemagne, les Antilles et la France. Parfois de voyages, parfois d'actualité, souvent un peu n'importe quoi.

11 réflexions sur “ L’indigeste yaourt des libéraux et des néo-nazis en campagne ”

  1. franchement, je reve de connaitre ce pays. j’ai des amis allemands et une chose qu’ils ont en comum, c’est le refus permanant de la confrontation, j’ai l’impression que c’est une trace de leur passé.
    Merkel sera donc reconduit, parce que le SPD est un peu comme le PS français, sauf que les allemands eux l’ont compris avant

    1. C’est vrai qu’en Allemagne, la recherche du consensus (même de façade) est une chose importante, et l’on cherche bien plus qu’en France à éviter la confrontation. C’est un trait de caractère assez net ici. Je ne crois pas que ce soit lié au « passé » (si tu fais référence au fascisme), plutôt un particularisme culturel propre aux Allemands. Cela n’empêche pas, parfois, que des désaccords apparaissent et même des conflits, mais c’est plus rare qu’en France et en général on arrive à trouver plus rapidement une solution.

      Je ne suis pas d’accord avec toi sur la SPD. C’est un parti de centre-gauche comme le PS, mais ces dernières années ces deux partis ont suivi des trajectoires complètement différentes. Il y a tant de choses à dire là-dessus… Je ne sais pas à quel niveau précisément tu les trouves comparables, mais c’est la SPD sous Schröder qui a introduit des réformes de « compétitivité » et de « modernisation » du système social, aboutissant au recul de l’âge de la retraite, à la diminution des retraites et des allocations chômage, à la privatisation partielle des assurances-santé, etc. Ce sont des choses que même la droite française n’a pas le courage (ou l’inconscience) de mettre en oeuvre, et bien sûr encore moins le PS. C’était le consensus en Allemagne à l’époque, il y a 10 ans.

      Aujourd’hui Mme Merkel va probablement l’emporter car elle a réussi jusqu’ici à rester populaire et qu’elle a bien fait le vide autour d’elle dans les partis de la coalition au pouvoir. Personne ne lui fait de l’ombre. La SPD, quant à elle, ne parvient pas à rassembler le public autour d’une personnalité charismatique, ni autour de son projet de société (que personne n’arrive à définir d’ailleurs). Mais un jour cela passera, et la CDU finira bien par perdre les élections. D’ailleurs, au niveau des régions allemandes, elle les perd toutes, face à une SPD conquérante. Il n’y a qu’au niveau national que la CDU se maintient au pouvoir, grâce à l’aura de respectabilité dont jouit Angela Merkel dans l’opinion publique face à des concurrents assez pitoyables.

  2. Loin d’être un spectateur sans artifice, mais j’étais si loin d’imagine à un tel spectacle électoral à ces pays « donneurs de leçons ». Définitivement, plus rien n’étonne en politique.

    1. Les Allemands, que j’admire pour beaucoup de choses, sont très doués pour cacher au reste du monde leurs petits défauts… Ici, comme dans beaucoup d’autres pays, la politique est le refuge des médiocres ambitieux et beaux parleurs.

    1. 🙂
      Libéral… ou néo-nazi! Non, ces libéraux allemands sont vraiment des sociopathes. Ils n’ont aucune notion de solidarité, et pour eux le bien public se résume à l’excédent commercial et à l’accroissement du PIB. Affreux. Non merci!

  3. Ton billet m’a amusé et rappelé un peu le contexte Camerounais où les élections législatives et municipales se préparent un peu comme ça! Sauf qu’en politique, on s’attend à tout comme le dit Osman. A tout et je sais de quoi je parle. J’aime bien Merkel et j’espère vraiment qu’elle sera donc reconduit. Pas , parce que le SPD est un peu comme le PS français. Non, elle a une carrure!

    1. Bonsoir Josiane, et merci pour ton commentaire 🙂

      Mme Merkel est une habile politicienne qui a su imposer sa crédibilité en Allemagne comme à l’étranger. Pour l’instant, en effet, aucun politicien allemand parmi les chefs de parti n’a la carrure d’Angela Merkel. On s’attend à une nette victoire du parti de la chancelière, avec au moins 40% des voix d’après les sondages, sans doute un peu plus. La SPD traîne loin derrière et récoltera entre 20 et 25% des voix. La CDU de Mme Merkel ne pourra donc pas gouverner seule et sera obligée, comme lors des dernières législatures, de former une coalition. Il est possible que ce soit à nouveau avec la SPD, comme lors du 1er mandat de Mme Merkelm entre 2005 et 2009. On verra bien. Peut-être devrais-je faire un billet dessus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *